Parc Naturel Régional du Queyras

Le Queyras est une magnifique vallée située dans le département des Hautes-Alpes en France. En raison de son éloignement, il a été laissé relativement intact. Le Parc naturel régional du Queyras est une zone protégée depuis les années 70, date de création du sentier de grande randonnée. La traversée du Queyras à pied est devenue au fil des années une activité prisée grâce à la beauté des paysages.

Nous avons mis sur pause nos vies de nomades début 2021 pour nous installer dans ce que je considère comme un des plus beaux endroits de France, la ville de Briançon. Heureusement, cette dernière se situe à moins d’une heure de route du parc naturel régional du Queyras. Traverser le Queyras en randonnée était donc sur ma liste depuis que nous avons emménagé et je suis content d’avoir eu la chance de le terminer.

Je partage dans cet article les différentes étapes de la traversée du Queyras, ainsi que des conseils et des ressources utiles pour que vous puissiez faire de même.

GR58 vers Ceillac
Le sentier vers Ceillac

Présentation de la Traversée du Parc Naturel Régional du Queyras

Le chemin que vous devez suivre est le classique GR58. GR signifie Grande Randonnée et se trouve être le nom de divers sentiers à travers le pays, comme le GR20 en Corse ou le GR10 dans les montagnes des Pyrénées.

Le GR58 est une boucle de 110 km débutant officieusement dans le village de Ceillac, une petite station de ski niché à 1700m d’altitude. Le dénivelé total de la traversée est d’environ 7000 mètres. Ce sont des mesures que j’ai obtenues directement de ma montre, bien que la plupart des informations trouvées sur internet indiquent un sentier de 130 km au total.

Le col le plus haut est le Col de Chamoussière à 2884m et le point le plus bas se situe vers 1200m.

Col de Chamoussière
Le point le plus haut du GR58

Quelle est la meilleure période pour faire la traversée du Queyras ?

Le parc naturel régional du Queyras se trouve dans une région isolée pouvant voir d’énormes quantités de chutes de neige, pouvant généralement commencer à partir de fin octobre, jusqu’en avril. Si vous souhaitez parcourir l’intégralité du sentier, la période à partir de début juin jusqu’à début octobre devrait s’avérer possible la plupart des années, selon bien sûr les conditions d’enneigement aux plus hauts cols. Si vous préférez parcourir les sections les plus basses du sentier, la période de mai à novembre est acceptable.

Si vous cherchez du calme et de la tranquillité, sachez que le parc naturel régional du Queyras est très fréquenté en juillet et août, avec un pic entre mi-juillet et mi-août.

Personnellement, j’ai effectué cette traversée à la toute fin du mois de septembre et je n’ai connu aucun problème particulier. Je n’ai pas vu beaucoup de randonneurs.

Combien de temps faut-il pour traverser le Queyras à pied ?

La plupart des randonneurs mettront environ 7 à 8 jours pour effectuer la traversée du parc naturel régional du Queyras. Les bons randonneurs peuvent effectuer la randonnée en 4 à 5 jours. Si vous pratiquez le trail, vous pouvez certainement réduire cette durée.

Où dormir dans le Parc Naturel Régional du Queyras ?

Est-ce qu’il y a des hébergements sur le sentier ?

De nombreux refuges existent sur le GR58 et accueilleront chaleureusement les randonneurs fatigués. Certains d’entre eux sont idéalement situés directement sur le sentier et proposent des nuitées en dortoir, ainsi que parfois des chambres privées. Vous devrez réserver avant, surtout pendant les mois de pointe (juillet-août). La grande majorité de ces refuges ne sont pas ouverts toute l’année, alors n’hésitez pas à vérifier avant.

Sur le GR58, vous traverserez de nombreux villages comme Abries, Saint-Véran ou Ristolas. Vous pourrez y trouver des hôtels et des chambres d’hôtes dans ces communes, offrant généralement plus de confort que les refuges, pour un prix généralement plus élevé.

Refuge de Furfande
Le refuge de Furfande

Où trouver ces logements ?

Vous pouvez trouver une liste d’hébergements sur le site officiel du Parc naturel régional du Queyras. D’autres options peuvent être trouvées sur des sites de réservation classiques. Mon option favorite est booking.com, vous pouvez chercher directement sur la carte ci-dessus. Si vous ne trouvez pas votre bonheur, faites un tour sur AirBnb ou bien sur l’agence de tourisme Tour du Queyras qui propose également une liste exhaustive.

Booking.com

Vous pouvez également chercher des hôtes habitant dans la région en utilisant notre liste des meilleurs sites d’échanges d’hospitalité.

Puis-je camper ou installer un bivouac ?

Oui, il est permis de faire un bivouac dans le parc naturel régional du Queyras. Vous n’aurez pas d’ennuis si vous restez relativement loin des villages et autres habitations. Le concept du bivouac est d’installer son camp au coucher du soleil et de repartir le matin, sans rien laisser derrière soi. Si vous n’êtes pas très confiant à cette idée, je vous propose un article récapitulant mes meilleurs conseils sur le camping sauvage.

Plus d’informations à ce sujet sur le site officiel du Parc Naturel Régional du Queyras si cela vous intéresse.

Un refuge gratuit, quoique rustique, il permet de passer la nuit à l’abri du mauvais temps

La traversée du Queyras en 9 étapes

Ces 9 tronçons sont ceux de la traversée classique du Queyras. Vous pouvez également ajouter des variantes si vous souhaitez profiter davantage.

De Ceillac à St-Véran par le col des Estronques (2651m)

11,5 km – 1090m (montée) – 780m (descente) – 5h30

col des Estronques
La vue depuis le col des Estronques

Un agréable début de traversée. Attention aux chiens de berger autour de Ceillac, car il y a eu plusieurs incidents dans cette zone. Restez sur le chemin principal et ne vous laissez pas distraire par les panneaux indiquant le sentier pour VTT. Vous arriverez à St-Véran, détenant le titre officieux de « commune la plus haute d’Europe » à plus de 2.000 mètres d’altitude.

St-Véran au Refuge Agnel par le col de la Chamoussière (2884m)

13 km – 900m (montée) – 365m (descente) – 5h

 col de la Chamoussière
La seule partie enneigée rencontrée au cours de cette traversée, au niveau du col de la Chamoussière

C’est le point culminant de toute la traversée du parc naturel régional du Queyras. Comme vous pouvez le voir sur la photo, un peu de neige venait de tomber et restait sur le sol, mais la faible quantité ne constituait pas réellement un problème. Il m’a juste fallu être un peu plus prudent qu’à l’accoutumée en descendant. Assurez-vous de vérifier les conditions météorologiques avant de vous lancer ! À la fin de la section, vous arriverez au Refuge Agnel, à seulement quelques kilomètres de l’Italie. Ce bâtiment récemment rénové constitue une excellente halte pour la nuit, mais mieux vaut réserver à l’avance !

Du refuge Agnel à la Monta

11 km – 280m (montée) – 1115m (descente) – 3h30

Lac d'altitude dans le Parc Naturel Régional du Queyras
Un des lacs d’altitude que vous croiserez en chemin

Cette section est certainement l’une des plus faciles du parcours car elle est constituée principalement de descente, vous pouvez donc la coupler avec la section précédente ou suivante si vos jambes le permettent. Vous traverserez quelques-uns des plus beaux lacs du Queyras, alors autant prendre son temps pour profiter de la vue !

La Monta à Abries par la Collette de Gilly

15,5 km – 790m (montée) – 905m (descente) – 5h30

Photo du Mont Viso au loin
Avec le Mont Viso en arrière-plan

Dans cette étape, vous avez la possibilité de parcourir la variante la plus populaire de la randonnée. En partant des environs de La Monta, vous pouvez bifurquer directement à droite pour monter sur les crêtes de Gilly pour une vue magnifique. En comparaison avec l’étape classique, il n’y a pas beaucoup de différence au niveau de la distance ou du dénivelé.

J’emprunterai certainement cette variante la prochaine fois que je me retrouverai dans la région, car le GR58, passant par Ristolas avant de monter vers la Collette de Gilly, était plutôt ennuyeux. Abries, le village de fin de tronçon, est l’une des communes les plus importantes que vous trouverez en chemin. Vous pourrez y trouver un petit supermarché et des boulangeries.

Abries aux Fonts de Cervieres par le col de Malrif (2830m)

14,25 km – 1215m (montée) – 740m (descente) – 6h30

Lac Malrif durant la traversée du Queyras
Vue du lac Malrif

C’est peut-être l’étape la plus difficile de la traversée du Parc National du Queyras, principalement à cause de l’ascension plutôt raide que vous devrez faire. Par contre, les lacs Malrif là-haut sont incroyablement beaux et constituent une récompense appréciable après tant d’efforts ! Je vous conseille de bien vous reposer avant de démarrer cette section, et je pense que passer la nuit à Abries peut être une bonne idée si votre programme le permet.

Les Fonts de Cervières aux Souliers par le col de Péas (2629m)

11 km – 595m (montée) – 805m (descente) – 4 heures

Panneau GR58 au col du Péas
Le type de panneau que vous croiserez souvent sur le chemin

Les Fonts de Cervières sont assez proches de Briançon, où j’habite, donc je connaissais assez bien le coin, puisque j’y suis venu plusieurs fois. Il y a beaucoup d’espace pour camper dans cette région plutôt isolée.

Les Souliers à Brunissard par le col du Tronchet (2347m)

9 km – 485m (montée) – 550m (descente) – 3 heures

Col des Tronchets
Photo prise au niveau du col des Tronchets

Cette étape à travers les bois est assez courte, elle peut donc être parcourue en une demi-journée pour être ainsi couplée avec une autre section de cette traversée.

Brunissard au Col de Furfande (2500m)

8,9 km – 835m (montée) – 330m (descente) – 4h30

Col de Furfande
Un paysage unique dans le Queyras, le col de Furfande

Une étape exigeante avec un paysage unique dans le Queyras. Vous serez ravi d’arriver au refuge de Furfande, situé juste après le col. Il a été rénové en 2014 et propose des plats chauds ainsi que le gîte. Il existe aussi un abri rudimentaire (juste une cabane servant de refuge aux randonneurs) bien avant le col si vous souhaitez y passer la nuit.

Col de Furfande à Ceillac par le col de Bramousse (2251m)

16 km – 1045m (montée) – 1700m (descente) – 6h30

Bramousse
Le village de Bramousse au réveil

Les derniers pas de la traversée du Queyras ! Certains randonneurs préfèrent s’arrêter au village de Bramousse à mi-parcours de cette ultime étape. C’est donc une option si vous n’avez pas envie de randonner jusqu’à Ceillac en une journée.

Mon expérience de randonnée dans le Queyras

Je pratique le trail depuis quelques années et j’ai participé à plusieurs compétitions dans cette discipline. J’ai donc effectué la traversée du Queyras en courant la plupart du temps.

J’ai fait la randonnée fin septembre 2021. Certaines parties étaient recouvertes d’une fine couche de neige. Le temps était incroyable et j’ai eu une bonne part de soleil tout au long de la traversée. J’ai croisé au maximum une vingtaine de personnes sur tout le parcours, étant donné que nous étions complètement hors-saison.

Mon objectif était de randonner en autonomie totale, j’ai donc emporté un sac de couchage avec un matelas gonflable pour dormir à la belle étoile. Au final, j’ai été invité à Abries chez un habitant en discutant avec lui au moment de la tombée de la nuit, et j’ai passé la deuxième nuit dans un refuge abandonnée proche du Col de Furfande. Mon sac à dos de 20 litres était extrêmement léger, j’ai commencé la traversée du Queyras avec environ cinq kilos (nourriture comprise), avec l’objectif d’être suffisamment léger pour pouvoir courir.

J’ai rejoint l’équipe d’athlétisme de Briançon quelques mois auparavant et j’étais donc en pleine forme. Au final, je suis arrivé à Ceillac cinquante heures et trente minutes après le départ pour boucler toute la traversée. Le premier jour j’ai marché de Ceillac à Abries, et le lendemain d’Abries au refuge de la Furfande où j’ai dormi à proximité. Je suis arrivé à Ceillac en milieu de matinée le troisième jour, bien content d’en terminer.

L’arrivée à Ceillac, 50 heures plus tard

Informations pratiques

Où consulter la météo ?

Météo France s’est avéré plutôt précis sur leurs prévisions. Je recommanderais donc d’y faire un tour avant de s’engager dans la traversée du Queyras.

Comment arriver au point de départ ?

Vous pouvez prendre un train jusqu’à Guillestre ou Briançon, puis prendre un bus pour vous rendre à Ceillac. Le plus simple serait certainement d’avoir son propre véhicule. Vous pouvez également faire de l’auto-stop, une pratique qui fonctionne bien dans cette région.

Vous pouvez consulter les horaires des trains sur le site de la SNCF.

Quelle est la difficulté du sentier ?

Il n’y a pas de section particulièrement difficile ou périlleuse. Le plus compliqué reste certainement l’enchaînement du dénivelé et l’altitude élevée pouvant poser problème aux personnes qui ne sont pas habituées. La météo peut également s’avérer un facteur, car elle peut changer très rapidement.

Comment ne pas se perdre ?

Le sentier est relativement bien indiqué même s’il peut être facile de se perdre avec une petite erreur d’inattention. Suivez toujours le logo blanc et rouge symbolisant les chemins de Grande Randonnée partout en France, indiqué sur les panneaux ainsi que sur les arbres et cailloux au bord du chemin. C’est le petit logo que vous pouvez voir sur le fond en jaune en haut de la photo ci-dessous.

Signalisation sur le GR58
La signalisation du GR58. Attention à ne pas suivre le signe en dessous, relatif au tour du Queyras mais en VTT !

Où trouver de l’eau ?

L’eau est abondante dans tout le Queyras. J’ai bu dans la plupart des cours d’eau descendant de la montagne que j’ai pu trouver en chemin, sans pastilles de purification ni système de filtration particulier et je n’ai eu aucun problème digestif. Je vous suggère d’en apporter si vous avez l’estomac sensible ou que vous préférez assurer vos arrières.

Le ravitaillement en eau ne devrait pas constituer une inquiétude lors de votre traversée du Queyras.

Où trouver de la nourriture ?

Vous pouvez trouver des petites épiceries et des boulangeries dans la plupart des villages. Il y a aussi un petit supermarché à Abries, et un autre à Arvieux, un village se situant proche du sentier principal.

Est-ce que je peux amener un chien ?

Vous pouvez vous promener avec votre chien sur tout le GR58. En revanche, les chiens sont interdits dans la réserve naturelle de Ristolas-Mont Viso, mais vous n’aurez pas à traverser cette zone si vous suivez le chemin principal.

La carte pour savoir où vous pouvez amener votre chien

Ressources utiles pour traverser le Queyras

Parc Naturel Régional du Queyras

Office de tourisme du Queyras (offre des webcams de la région ainsi que divers hébergements)

Et vous ? Avez-vous déjà randonné dans le Parc Naturel Régional du Queyras ? Comptez-vous faire la traversée du Queyras prochainement ? Partagez votre expérience avec nous !

  • Partager sur facebook
    Partager sur twitter
    Partager sur pinterest
    Partager sur reddit
    Partager sur email
    Maxime

    Maxime

    Parti explorer le monde très jeune, Maxime fut rapidement rejoint par sa femme, HiuYing, ainsi que ses deux enfants, Darian et Mati. Devenir père ne l'a pas empêché de poursuivre ses périples autour de la planète tous ensemble. Il partage maintenant son expérience grâce à ce blog.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Liste de voyage
    à imprimer

    Façonnez-là à votre goût, imprimez-là et partez serein !

    Le meilleur moyen de ne rien oublier avant votre prochain voyage !